cotisation contrat obsequesPlusieurs contrats d’assurance permettent de placer des fonds qui ne seront débloqués qu’au moment du décès et seront ainsi destinés à régler les frais d’obsèques.

Parmi ces contrats, nous trouvons le contrat obsèques prestataire qui définit précisément les prestations liées à l’organisation des funérailles (inhumation ou crémation, marbrerie, pompes funèbres etc.).

Afin que les dernières volontés du défunt soient respectées au mieux, il est important que la somme versée sur ce contrat soit suffisante.

Pour cela il existe 3 types de cotisation adaptée à chacun.

La cotisation viagère

C’est une rente versée à l’organisme jusqu’au décès du bénéficiaire. Elle ne prévoit donc pas de date de fin de versement et aucun montant n’est fixé au préalable. Le montant qui sera alloué aux obsèques sera la somme des versements que le bénéficiaire aura effectué tous les mois jusqu’à sa mort.

Cette méthode de cotisation nécessite de réunir plusieurs conditions de souscription, elle est donc la moins utilisée. De plus, la date du décès étant toujours inconnue, il est possible que la somme soit conséquente comme dérisoire étant donné qu’elle sera proportionnelle aux années de vie restantes, à compter de la souscription.

La cotisation unique

Comme son titre l’indique, il s’agit d’un seul et unique versement effectué par le bénéficiaire et déterminé selon l’estimation faite des futures obsèques.

Cette méthode a pour avantage de générer des intérêts sur la somme prévue, il est donc conseillé au souscripteur de déposer une somme moindre que celle estimée car elle sera finalement atteinte grâce aux intérêts.

Naturellement, la somme à verser sera plus ou moins élevée selon l’âge du bénéficiaire et par conséquent son espérance de vie (on suppose que plus il est âgé et moins l’argent restera suffisamment longtemps pour fructifier).

La cotisation temporaire

Comme pour un classique règlement en plusieurs fois, il s’agit d’échelonner le placement du capital prévu pour les obsèques, durant une durée déterminée au préalable ; soit chaque mois, chaque trimestre ou chaque année.

Comme pour la cotisation unique, l’échelonnement sera fonction de l’espérance de vie du souscripteur et de la somme qu’il souhaite engager.